Lou Lesage en 1ère partie de Daniel Darc le 5 Avril au Trianon à Paris
mar 2012 29

Réservez vos places ici !

« Under My Bed », premier album de Lou Lesage, sortie le 19 septembre
sept 2011 05

Les premiers pas sont toujours décisifs. En janvier 2011, Lou Lesage, la vingtaine à peine éclose, sort un EP inaugural qui lui vaut des commentaires élogieux et une attention publique. En noir et jaune façon Warhol sur la cover, Lou dessine un rock charbonneux qui rêve tout haut d’Amérique. Interprète mutine et chanteuse de caractère, cette enfant de la balle découvre aussi la vie scénique, en ouvrant pour The Do, Cocoon, Lilly Wood & The Prick ou BB Brunes. Autant de premières parties remarquées qui l’ont fait se jeter dans le grand bain des salles obscures. Son magnétisme ne laisse pas insensible un public en quête de nouveaux visages.

Neuf mois plus tard, rentrée des classes oblige, revoici Lou Lesage, qui signe son premier album dont le titre, Under My Bed, est un clin d’œil stonien à peine voilé. Avec son père Pierre Emery dans la figure du producteur bienveillant et du multi-instrumentiste doué (guitares, basse, claviers, batterie), cette brune à la moue boudeuse est revenue de Nashville avec treize chansons à la douzaine, qui la situent déjà dans le cousinage d’Alison Mosshart (The Kills, The Dead Weather) et de Chan Marshall (Cat Power). Les titres sont imagés – Dirty Looks, Under My Bed, Empty Head, Boy Next Door – et les paroles au diapason: “The more I’m gonna tell you/The less you’ll know”. Suivant les ambiances, les guitares s’électrifient (Turn Into Nightmares, Private Life) tandis que la section rythmique rappelle les productions de Phil Spector pour des girls bands célèbres (The Ronettes, The Crystals). Enregistré dans l’atelier parisien d’Ultra Orange, le disque a été mixé par Roger Moutenot (Yo La Tengo, Josh Rouse, Sleater-Kinney, Joseph Arthur).

Comédienne à ses heures (le film à succès Lol en 2009), Lou Lesage déjoue tous les pièges du premier album et endosse à merveille le rôle de l’interprète caméléon, aussi à l’aise dans les ballades vespérales (Forgotten Child en ouverture, Idle Times, le climax Empty Head) que dans le rock binaire (Dirty Looks, Under My Bed). Comme elle le chante dans Never Can Wait, Lou Lesage n’a jamais attendu que les circonstances s’offrent à elle. Jeune fille pressée et déjà affranchie, l’égérie de la scène rock parisienne pose la première pierre d’une discographie aux reflets mordorés. Et offre de nouvelles couleurs à la chanson d’ici.

www.loulesage.com
«Under my bed » : sortie le 19 Septembre

« GONZO NEEDS A HOLIDAY », NOUVEAU SINGLE DISPONIBLE
sept 2011 01

Le nouveau single, « Gonzo Needs A Holiday », actuellement disponible.

[Lire la suite]
mar 2011 31
SUR LE WEB
mar 2011 25

Reportages photos, chroniques…

[Lire la suite]
Page 1 sur 212